Petite fille afghane

« Il n’y a pas de lumière dans cette vie ! »

Qu’ils sont poignants ces mots prononcés par l’enfant,

Au sol agenouillé, dans un air étouffant,

En deuil de son enfance qu’on lui a ravie.

Fillette de huit ans, d’une main si fragile,

Active et si menue, aux milles contusions,

Nous jetant un regard déjà sans illusions,

Tu pétris sans relâche la terre d’argile.

Petite fille afghane au si joli visage,

Tout maculé de boue et peut être de pleurs,

Si tu ne sais compter ni briques ni malheurs,

D’autres de ton labeur savent bien faire usage.

Si jamais tu survis jusqu’à l’adolescence,

On ne le verra plus ce minois sacrifié.

Ensevelie avec ton pays crucifié,

Tu deviendras fantôme au nom de la décence.

Maudite hypocrisie en étoffe azurée !

Derrière cette grille d'épais canevas,

En levant tes grands yeux, jamais tu ne verras

Le vrai bleu de ton ciel, ni l’étoile dorée.

Je ne puis t’oublier, ton image me hante.

Comment sauver ton pauvre avenir incertain ?

Dans ton regard trop grave, il faudrait un matin

Que se lève un rayon de lumière qui chante.

            Petite fille afghane…

Marie-Claire MELCHIOR

Le Salon des Poètes de Lyon

Prix de Poésie Adultes 2007

Section NC - Néo-classique

2ème Prix