Les amants de l'aube

                                                                                                                                           

La magie des ténèbres touche à son déclin,

La nuit privée d'étoiles a perdu sa richesse.

On dirait que déjà s'anime le moulin,

Prêt à moudre les grains avec tant de finesse.

                                                                                                                                          

Une clarté laiteuse envahit tout le ciel

Où triompphe bientôt la splendeur azurée.

Au levant, le soleil esquisse un trait de miel,

Avant de se répandre en lumière dorée.

                                                                                                                                           

L'enchantement de l'aube est déjà souvenir,

Faisant place à la douce lassitude tendre.

Les derniers mots d'amour offerts dans un soupir

Sont murmure d'amants que nul ne peut entendre.

                                                                                                                                          

Le labour du sommeil les prend dans son sillon.

Ils ne voient pas les jeux du jeune chien agile,

N'entendent pas l'appel obstiné du grillon,

Ni l'envol du maudit carillonneur habile !

                                                                                                                                              

Marie-Claire MELCHIOR

2ème Prix Poésie Néo-classique

ALVO 2007

Amitiés Littéraires du Val d'Orléans