« Géographie pour une Girouette »

Sur le clocher gris d’un village,

Un coq en fonte s’ennuyait.

« Tu voyages avec les nuages »

Lui répétait le vent d’été.

« De ma campagne je suis las »

Gémissait le pauvre soudé.

Une nuit de sortilège, nuit de la Saint-Jean, 

Il se fit emporter sur les ailes du vent.

Il vola dans le vaste monde,

Croisant l’aigle royal, ou le grand albatros,

Vit la pyramide de Khéops,

Les sources du Nil, les méharis,

L’Afrique brûlante jusqu’au Kalahari…

Pris en croupe par un vent de mousson, sur l’Océan Indien, 

Il chevaucha jusqu’à Bangkok,

Curieux voyage pour un coq !

Vers l’Australie redescendit et s’attaqua au Pacifique.

Cria grâce et fit escale au Brésil…Samba !

Emporté par le Nord, de justesse évita

Les chutes du Niagara.

Congelé au Cercle Polaire il se sentit bien solitaire.

Volant de concert avec l’Oie d’Andersen,

Sur sa France perdue il se lamentait.

Enfin, une douce nuit de Noël,

Par un charitable alizé

Sur son clocher fut déposé.

Tintant gaiement, la cloche l’accueillit : ding-dong !

« Pourquoi vouloir partir au loin ?

Ta vie est là, c’est là ton coin.

Sur le clocher de ton village,

Tu voyages avec les nuages ! »

Marie-Claire MELCHIOR

Prix de la Fable 2007

Société des Poètes et Artistes de France

Délégation Ile-de-France

Poème extrait du Recueil « Voyages »